Malmenés au première période, les Creusotins ont su baisser la tête, faire le dos rond, pour scorer au bon moment.

En seconde période, ils ont doublé la mise et dressé les barbelés pour maintenir leur avantage. C’est une victoire importante.

Le Creusot serait bien inspiré de débuter par une victoire face à Orléans», avions-nous titré. C’est fait et cela n’a pas été une partie de plaisir. Les Orléannais, classés au rang des favoris pour la première place, étaient venus au Parc des Sports pour faire un coup.

Ils ont très globalement dominé la première période, mais ils étaient menés au score à la pause. Ils auraient pu mener 12-0 si cela avait voulu sourire, mais leur avantage n’était que de six points quand les Creusotins ont trouvé la terre promise pour mener 7-6 à l’heure des citrons.

Bref la domination avait été orléanaise en première période et le réalisme bourguignon. Ce ne sont pas les supporters qui vont s’en plaindre car ils ont été nombreux à serrer les fesses en première période.

Songez qu’il a fallu attendre la 26ème minute pour voir les «bleu et rouge» qui jouaient avec beaucoup de bleu très foncé et peu de rouge, venir dans les 22 mètres adverses.

Catinot ouvre la porte
Il y eut tout d’abord une pénal’touche avec un essai refusé pour un contact.
A la sortie de la mêlée pour Orléans, le demi de mêlée Junquet se retrouva pris, lâcha le cuir et c’est Catinot qui en profita pour, à la faveur d’un coup de rein et d’un fameux coup d’œil aller le poser derrière la ligne. Un essai salvateur qui permit donc au COCB de virer en tête.

Auparavant, les visiteurs s’étaient montrés dominateurs et à leur avantage et avaient profité de fautes creusotins, notamment des placages à retardement ou placages trop haut, pour voir leur arrière Lemoine trouver deux fois (13e, 24e) les perches sur quatre tentatives. En profitant aussi d’une supériorité sur un carton jaune injustement attribué à Mattray.

Avant le retour aux vestiaires, les Creusotins auraient pu doubler la mise sans un ballon perdu côté gauche à quelques mètres de la ligne. Cela avant de monter une bonne défense sur un temps fort des Orléannais.

Veray double la mise
La seconde période débuta de la meilleure des manière. Un bon pressing côté gauche amena en effet une touche parfaitement captée par Manu Herbé, avant un déroulé dévastateur et Matthieu Veray qui passa côté gauche pour poser le cuir derrière la ligne.

Le Creusot menait alors 14-6. Un avantage qu’il vit réduire. Mais un avantage final qu’il conserva jusqu’au bout. Les Orléannais, on s’en doute, mirent toutes leurs forces dans la bataille, mais la défense du COCB se montra longtemps intraitable.
Y compris quand elle se retrouve à 14 à la 65e minute, pour un carton blanc au Fidjien Ravulo.

Il était dit que les dix dernières minutes seraient palpitantes.
Elles le furent avec à la 70e minute, l’arrière Lemoine qui se joua de la défense locale pour aller planter l’essai non transformé du 14-11 (70e). Lemoine qui une minute avant avait vendangé à 3 contre 1…

Bien heureusement la défense du COCB plia mais ne rompit pas en fin de match, avec à la 82e minute un arrêt de volée précieux de Pourprix pour un dégagement qui donna l’oxygène de la victoire acquise sur le score de 14 à 11.

Rédaction ET Photos : Alain BOLLERY

0 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
Championnat de France – Réception de l’AS MACON
Article suivant
Séniors 2017/2018