Au delà de ses implications dans les multiples vies associatives, c’est de l’homme dont je vais vous parler.
Ceux qui n’ont pas connu André, seront passés à côté d’une belle histoire.

Mais ce n’est pas important parce qu’ils ne le savent pas.
Mais moi, vous, qui l’avez côtoyé, qui avez partagé des instants de vie avec lui ,vous savez que quelque chose en vous a disparu, et  que vous ne retrouverez jamais.

Car le voilà le problème. Dédé était l’âme de la bonté, de la fraternité, du bonheur de vivre, il était de la trempe de ces aciers inoxydables qui ne ternissent jamais mais brillent comme les étoiles qu’il avait dans les yeux.
Je n’ oublierai jamais, à chacune de nos rencontres, s’ avançant vers moi, passant sa main sur ma nuque, plaquant sa joue contre la mienne et disant : comment ça va mon p’tit Michel ?

Oui ça fait mal, comme un plaquage à retardement qui vous coupe le souffle
Mais là Dédé ce plaquage que tu nous imposes mérite un carton rouge
C’est déloyale, pas correct.

Tu as sifflé la fin sans même de prolongations.
On avait tant de choses à faire encore

L’amicale des anciens perd un président, un ami, un frère, mais nous sommes fiers de t’ avoir connu

Adieu Dédé

Article précédent
Une première qui devait être pluvieuse mais fut heureuse
Article suivant
Bric à Brac du COCB : 26 Août 2018